Il y a déjà longtemps que j’ai décidé de bannir de ma cuisine tous les récipients et ustensiles aux matériaux peu recommandables (Téflon, silicone, plastiques BPA…). Bien sûr, on ne révolutionne pas son équipement du jour au lendemain (à moins d’en avoir les moyens) mais en remplaçant les éléments petit à petit, on arrive finalement assez vite à avoir une batterie écolo-saine-durable (et puis, on s’aperçoit aussi qu’on avait pas mal de bordel pas franchement indispensable. Hahem…).

Aujourd’hui, je ne cuisine quasiment plus que dans de l’inox 18/10, du verre ou de la céramique.

Il y a quelques semaines, on m’a proposé de recevoir pour essai une poêle Green Pan de la collection Kyoto.  Green Pan fabrique des poêles anti-adhésives en céramique, donc totalement dépourvue des matériaux cracras  (PTFE, PFOA, plomb ou cadmium) qu’on trouve habituellement dans le Téflon et assimilés et qui libèrent des substances très toxiques.

Quand j’ai décidé d’opter pour une poêle en inox, il avait fallu adapter un peu ma façon de cuisiner mais sans grands traumatismes (on met un peu plus d’huile, on préchauffe bien la poêle, on cuit à feu plus doux). Il restait quand même certains cas pour lesquels c’était un peu plus sportifs (certains poissons, les galettes de céréales, les paillassons par exemple, à manipuler avec précaution si on veut éviter de tout déchiqueter ou de mettre un centimètre d’huile dans la poêle).

ça faisait donc un petit moment que je lorgnais sur ces poêles anti-adhésives en céramique, la proposition de 750 grammes tombait donc bien :)

Pour le moment, je suis entièrement satisfaite de cette poêle. Je suis les recommandations de la notice, je mets quand même un tout petit filet d’huile (sauf si je cuis quelque chose qui contient déjà de la graisse) et je ne chauffe pas trop fort (pour vous donner une idée, je m’arrête à 4 sur ma table de cuisson qui va jusqu’à 6). Rien n’accroche et elle  est super facile à nettoyer (tant mieux parce qu’il n’est pas recommandé de la mettre au lave-vaisselle). Reste à voir si le revêtement restera d’aussi bonne qualité dans le temps, mais pour le moment, moi, j’adhère ! (note la subtilité du jeu de mots ;) )

Si vous voulez en savoir plus sur ces poêles, je vous invite à faire un tour sur le site de Green Pan. Et vous pouvez aussi tenter votre chance pour en gagner une en participant  au  concours  que 750 grammes organise actuellement .

Rendez-vous sur Hellocoton !
Lire la suite...

Tu sais qu’en ce lundi, je me pose une grande question. (Nan, pas si grande en fait, c’est juste pour créer l’ambiance)

Alors que je rédige ce billet qui parle d’une bonne recette de feignasse comme je les aime, je me dis que c’est vraiment ballot toutes ces autres bonnes recettes de feignasse que je ne publie pas car je ne les ai pas prises en photo…

Bien sûr, une recette illustrée c’est bien plus sympa, avec une belle photo c’est encore mieux (mais n’est pas Griottes qui veut). Mais si tu savais le nombre de fois où je me dis : « Arf, j’aurais dû prendre ça en photo pour le blog, c’était vachement bon » ou « C’est moche mais qu’est-ce que c’est bon, c’est dommage de ne pas partager sur le bloug ».

Evidemment, j’aime me balader sur de jolis blogs et en prendre plein la vue mais, pour moi, les blogs servent aussi (et surtout) à me donner des idées de choses à popoter en deux coups de cuillères à pot les soirs de semaines ou à trouver comment upgrader rapido  les 3 courgettes qui traînent dans le frigo.

C’est là tout le concept de la recette de feignasse (oué, c’est comme ça maintenant, je créé des concepts ^^) : je veux manger sain mais gourmand et je veux surtout que ça soit vite fait bien fait.

Précisons que le début de soirée coïncide pour moi avec le coup de feu pro (vis à vie de Mompreneur). Donc entre 18h et 20h, je jongle entre les mails et les devoirs de Miss Cacahuète, les douches des filles et les validations, la préparation du repas et les publications. C’est déjà assez sportif alors, bien souvent, le repas est benné dans l’assiette sans la moindre recherche d’esthétisme, puis on se pose enfin pour profiter du repas en famille… et la photo passe à la trappe.

Par exemple, la semaine dernière, vous n’avez pas profité de fabuleux légumes tandoori pour accompagner vos barbecues, d’une assiette végé hyper équilibrée autour d’un tian bien parfumé, ou encore du secret pour faire avaler du seitan à votre tribu sans qu’elle rechigne. C’est ballot…

Toute cette intro d’un kilomètre pour vous dire que si vous êtes intéressés par des recettes de feignasse sur le blog mais sans photo, vous n’avez qu’à vous manifester et je vous ferai un petit billet rapide à chaque fois que j’ai un bon plan de feignasse ;)

La recette de feignasse d’aujourd’hui a quand même eu la chance de bénéficier d’une photo à la sauvette à la sortie du four, la p’tite veinarde.

Rendez-vous sur Hellocoton !
Lire la suite...

Les empanadas, c’est bien, qu’on se le dise aussi !

Pas tout à fait une recette de feignasse – il y a quand même un minimum de boulot – mais on en est pas loin.

On a toujours un truc qui traîne dans le frigo et qui se sentirait bien en empanadas. Pourvu que ça soit bien relevé et qu’on y ajoute un accompagnement tout en fraîcheur, c’est un p’tit bonheur !

Pour la pâte, depuis que j’ai découvert celle de Cléa dans Veggie, je la décline à toutes les sauces – ou à toutes les purées pour être précises car elle contient de la purée d’oléagineux. La version de Veggie utilise de la purée de noix de cajou, cette fois, j’ai eu envie d’y mettre de la purée de cacahuète.

Pour la farce, j’ai nommé cet ingrédient quasi miracle qu’est le chorizo (je suis fan du chorizo qui nourrit et parfume le plus simple des plat), des oignons nouveaux dont je fais une énorme  conso au printemps, du cumin, et c’est tout.

J’ai accompagné les empanadas de dés de concombre (mea culpa, il était d’espagne… mais bio quand même. Ok, mea maxi culpa, mais il me faisait trop envie), sauce au yaourt et ciboulette du jardin (ça compense le bilan carbone du concombre ? Non. Zut.)

Ben, tu sais quoi, c’était bien bon ! (Comment elle disait la pub ? « C’est bon, la honte ». ça doit être ça…)

Rendez-vous sur Hellocoton !
Lire la suite...

Il y a un truc que j’adore avec les réseaux sociaux, c’est quand un soir, tu as un truc qui traîne dans ton frigo et tu ne sais pas trop quoi en faire. Tu as envie d’un plat qui change mais zéro inspiration. Alors là, tu dégaines ton Twitter et ton Facebook : « Tiens, j’ai un chou fleur à écouler, t’aurais pas une idée ? (un plat végé de préférence ^^) Merciiii ! »

Et là, tu as des copines super trop choupies qui te file plein d’idées. Parmi celles-là, la recette de Carole m’avait fait de l’oeil. J’avais tout ce qu’il fallait quoique plus assez de fromage blanc. Pas grave, on remplacera par du yaourt au lait de brebis. Il y a de ciboulette dans le jardin mais comme il pleuvait des cordes, j’avais moyennement envie d’aller en chercher. Pas grave, j’avais des petits oignons nouveaux qui ont bien fait le job.

C’est parti mon kiki.

Le « secret » de la recette est qu’on en précuit pas le chou-fleur, on le mixe à cru. 10 minutes de préparation entre un  boulot à finir et des poulpiquettes à doucher, hop, c’est dans le four et 45 minutes plus tard, tout le monde s’est régalé.

Pour la jolie photo du plat, vous passerez chez Carole, hein. Le mode cuisine-expresse-jonglage-boulot-progéniture n’inclu pas la préparation soignée et la jolie photo. Mais chez Carole, c’est tout beau :)

Rendez-vous sur Hellocoton !
Lire la suite...

Après la galette des rois d’hier, d’un genre pas du tout light avec double dose de frangipane, je vais faire mon mea culpa en publiant une recette ultra saine, ça marche ?

Cette recette est tirée du livre « Mes assiettes gourmandes » de Valérie Cupillard, dont je vous avais parlé ici.

Pour préparer ce gratin (peut-être que flan conviendrait mieux ?), le poireau est mixé cru et c’est étonnant la différence que cela créé. On conserve toute la fraîcheur, toutes les notes vertes du poireau que l’on retrouve rarement quand on le fait revenir ou cuire à la vapeur au préalable. J’ai trouvé ça très agréable.

La petite salade de légumes chauds, délicatement épicée, accompagne le gratin à merveille, c’était léger, goûteux, nous nous sommes régalés.

Vous saviez que le poireau était un légume détox ? Une raison de plus pour essayer cette recette, la détox, c’est comme le poireau, c’est de saison ;)

Rendez-vous sur Hellocoton !
Lire la suite...

Là, c’est le moment où, si tu as un potager, tu as de la courgette a ne plus savoir qu’en faire.

Pour changer un peu, j’ai eu envie de cuire mes courgettes dans un tajine et d’y ajouter des tranches de Crottin de Chavignol, parce que chèvre-courgette ça marche toujours bien.

Il est important de ne pas trop remuer, surtout dans la deuxième phase de cuisson pour obtenir des textures différentes : des courgettes presque confites en-dessous et encore un peu croquantes au-dessus. Tu réveilles tout ça avec le fromage tout fondant et, ma foi, le résultat est plutôt sympa.

Rendez-vous sur Hellocoton !
Lire la suite...

Page 1 sur 101234510Dernière page »