Ecouter sa petite voix...

Ecouter sa petite voix...

Depuis quelques mois, j’ai pris un certains nombre de décisions qui ont ou vont fortement impacter ma vie et celle de ma famille et je n’en regrette aucune. J’ai le sentiment de construire un projet de vie qui me ressemble, d’enfin pouvoir être en adéquation avec moi, mes valeurs, mes envies… Le chemin va peut-être être long, peut-être que tout ne sera pas simple mais j’ai confiance. C’est comme si tout le champ des possibles s’ouvrait devant moi et c’est incroyablement excitant !

Mais avant d’arriver à cet état youhou-youpi-l’aventure-commence-ça-va-déchirer-graaaave, j’ai un peu pataugé dans le doute et la consternation, vois-tu.

Après une année 2015 difficile, l’année 2016 a été pleine d’interrogations, de remise en question, de redéfinition des priorités…

citronnier

Quand la vie te donne des citrons un peu trop amers, tu apprends à mieux doser le sucre dans ta limonade, n’est-ce pas ?

On a si vite fait de se laisser déborder par la vie, de laisser les autres imposer leurs choix, leur rythme. Finir par ne plus très bien savoir pourquoi on avait pris un chemin, s’apercevoir, soutenant la marche, qu’on s’est éloigné de notre rêve mais continuer coûte que coûte parce qu’il le faut, parce que pas le choix, parce que les responsabilités, parce que la vie…

Mais la vie, parfois, elle n’est pas d’accord d’avoir si bon dos. C’est pas juste à la fin que ce soit toujours sa faute à la vie alors qu’elle passe son temps à murmurer des choses à l’oreille des gens, à essayer de les guider tout doux, mais la vie a une toute petite voix et la plupart des gens ne l’écoute pas. Ou quand ils tendent l’oreille pour mieux l’entendre, ils trouvent toujours une excuse pour ce dire que ce n’est pas la bonne décision ou le bon moment. Hein, elle est rigolote la vie avec ses grandes aspirations mais il y a des gens qui bossent, quoi !

Alors au bout d’un moment, la vie elle se fâche et pour se faire bien bien entendre, elle te met quelques claques dans la tronche, quelques grosses claques même, ça peut arriver. Et là, tu as deux possibilités :

  • soit tu es super en rogne et tu continues à te battre contre elle, et c’est toi qui aura mal à la fin, parce qu’on ne dirait pas comme ça, avec sa petite voix, mais la vie, c’est une dure à cuire !
  • soit tu t’assoies sagement et tu écoutes la petite voix de la vie, et tu réfléchis, tu fais le point, tu replaces les choses dans le bon ordre et tu prends des décisions.

Perso, j’ai choisi la deuxième option.

Pas du premier coup, non. Pourtant, je l’ai toujours bien entendue la petite voix, mais j’ai souvent laissé de plus grosses voix crier la direction à prendre. J’ai pas mal discuté avec la petite voix, je lui ai pas mal demandé d’attendre aussi. Tu sais bien, c’est pas le bon moment, c’est jamais le bon moment. Alors patiente, attend un peu, je t’écouterai un jour, promis, un jour.

Si tes enfants te disent ça, ça t’énerve un peu beaucoup, non ? Je pense que la vie aussi, ça l’a énervée. Et c’est moi qui ai eu mal.

Alors, je me suis assise, bien sage. J’ai écouté attentivement ce que la vie avait à me dire. Quelques grosses voix sont revenues à la charge et ont encore retardé les décisions. Et puis, le moment est venu où j’ai dit « Chuuuut ! J’ai des décisions à prendre.« 

Et je les ai prises. Et je suis heureuse de les avoir prises.

Certaines pourraient faire peur, mais je n’ai pas peur. J’ai confiance. Parce que c’était évident, parce que ça résonnait depuis longtemps là tout au fond et qu’il suffisait de lâcher prise et dire un grand OUI à la vie 🙂

Et toi, quelles décisions sont tes décisions les plus folles ou celles qui attendent encore au chaud que tu écoutes ta petite voix ?

fleur de lotus

Enregistrer

Enregistrer

Un commentaire
Laisser un commentaire
You have to agree to the comment policy.