L’équation est simple.

Tu prends ma cuisine la plusss préférée du monde : la cuisine indienne.

Tu ajoutes le jouet dont je rêve depuis, ouhla, au moins tout ça !

Tu secoues et tu obtiens le challenge Patak’s !

Y a pas à tortiller, moi, quand on me demande de contribuer à mondialiser la cuisine indienne (comment ça elle n’a pas besoin de moi pour ça ?) et qu’en plus je suis susceptible peut-être-bien-qu’avec-un-peu-de-chance-mais-c’est-pas-sûr de gagner un KitchenAid, moi, je tortille pas, j’agis !

J’ai quasi un peu honte de vous proposer cette quasi non-recette, mais dans mon petit colis Patak’s j’avais des naans et du chutney de mangue, déjà tout prêts, je n’avais plus rien à faire qu’assembler, c’est pas de ma faute !

Mais en réalité, ces petites bouchées, avec leurs jolies couleurs (pile celles du drapeau indien, me souffle l’homme), sont très fraîches et pleines de goût, vraiment délicieuses !

Si vous souhaitez les préparer à l’avance, je vous conseille de ne les assembler qu’au dernier moment pour éviter que les concombres ne détrempent les naans. Mais même préparé à la minute, c’est vraiment vite fait.

Allez mon p’tit KitchenAid, viens voir Maman, on fera des naans…

Rendez-vous sur Hellocoton !
Lire la suite...

Je vous le disais, l’autre jour, en ce moment nous ne nous nourrissons quasiment que de salades composées, légères et rafraîchissantes.

Celle que je vous propose aujourd’hui, met à l’honneur un produit que j’aime bien : des tranches de lieu noir fumé, agrémentées de fines herbes, que j’achète à la Biocoop.

Le lieu noir peut être consommé sans mauvaise conscience (sauf si vous êtes végétarien, mais là c’est un autre débat) car il ne s’agit pas d’une espèce menacée. C’est un poisson peu gras mais très riche en protéines et en oméga 3, il a tout bon !

Cette version fumée est très parfumée, l’assaisonnement de la salade peut donc rester discret.

Je voulais une salade très fraîche, légère mais nourrissante. J’ai donc choisi d’associer le poisson fumé à du concombre, de la salade, des oignons nouveaux et des pommes de terres nouvelles ; pour l’assaisonnement, un peu d’huile d’olive, de poivre et le jus d’un citron.

Le résultat a plu à toute la tribu.

Rendez-vous sur Hellocoton !
Lire la suite...

J’adore les pommes de terre nouvelles. Juste cuite à la vapeur, avec une noix de beurre demi-sel, c’est un des petits bonheurs tout simples du printemps.

Pour un repas rapide, j’aime aussi les accompagner d’une sauce à base de yaourt, enrichie de crudités et/ou d’herbes aromatiques. J’aime le contraste entre la fraîcheur de la sauce, le croquant des crudités et les pommes de terre fondantes et encore chaudes.

Un plat rapide, simple, goûteux et qui cale bien tout en restant diététiquement correct. Bien sûr, il ne faut pas non plus engloutir une livre de pomme de terre !

Moi, j’aime ce genre de plat seul, le soir, lorsque j’ai déjà fait le plein de protéines le midi, mais il peut tout à fait être servi en accompagnement d’une viande ou d’un poisson.

Préparez, si possible, la sauce à l’avance afin que toutes les saveurs aient le temps de se mélanger.

Et bien sûr, ce type de sauce se décline à l’infini.

Rendez-vous sur Hellocoton !
Lire la suite...

Après une petite semaine de congés très très appréciée (ma tribu au complet en vacances pendant une semaine, c’est trop rare, alors je savoure), je reviens in extremis pour participer au Challenge Comté, 2ème édition.

Je participe rarement à des concours mais cette fois, mes deux chefs préférés faisant partie de l’aventure, je ne pouvais pas résister (pour les distraits du fond, je parle de Laurence Salomon et Olivier Roellinger).

Et puis, je crois que vous devinerez assez facilement chez quelle blogueuse je participe (à moins qu’il n’y ait encore des distraits là-bas tout au fond)…

Chez Karen, bien sûr ! Je ne vais pas vous faire un dessin, bio, cuisine saine… Et puis, Laurence Salomon pour marraine (hiiiiii !).

Le challenge consiste à réaliser une recette estivale à base de Comté, et c’était là, à mon sens, la première difficulté : cuisiner aujourd’hui des ingrédients qui seront encore disponibles cet été. Il fallait donc oublier tomates, poivrons et autres aubergines, mais les premiers concombres français, eux, sont arrivés cette semaine sur l’étal de ma Biocoop, ouf !

Pour cette recette, j’ai choisi un Comté au lait cru de 4 à 6 mois d’affinage, parce que si j’aime les fromages très affinés, le reste de la tribu les préfère plus jeunes (et, en plus, l’homme n’aime même pas les bleus, pfff, amateur !). De toute façon, un vieux Comté, je préfère le déguster tout seul.

« Oui, mais qu’est-ce que tu en as fait de ton Comté et de ton concombre ?« , me demandes-tu, petit impatient(e).

Une galette dorée, moelleuse et croustillante, surmontée d’une salade toute fraîche et d’une lichette de crème au sésame.

La rondeur du Comté, la fraîcheur du concombre et la légère amertume du sésame, tout s’équilibre parfaitement en bouche… Hummm, je suis très satisfaite du résultat, pour tout vous dire (si je ne gagne rien au concours, j’aurai déjà ça ;) ).

Rendez-vous sur Hellocoton !
Lire la suite...

Au début de l’été, je vous avais promis de vous filer les recettes de la soirée Agneau Presto… Oui, bon, elle s’excuse, elle a un peu accouché entre temps ;)

C’est parti mon kiki pour les croustillants d’agneau tandoori !

A mon humble avis, il peuvent très facilement être réalisés avec d’autres viandes, volaille ou boeuf haché, voire même du tofu. Après, vous roulez en nems, en samoussas ou en faites des origamis, ça ne change pas grand chose au goût ;)

La raïta , en accompagnement, apaise le feu des épices à tandoori pour que tout ne soit qu’équilibre. Ben, oui, ça vient du pays du yoga tout ça !

Croustillants d’agneau tandoori et raïta de concombre

Croustillants d'agneau tandoori

Pour 4 personnes

Pour les croustillants :

  • 200g de poitrine d’agneau
  • 1/2 oignon
  • 1 gousse d’ail
  • 1 cs rase d’épices à tandoori
  • 1/4 botte de coriandre
  • 50g de beurre
  • Sel
  • 4 feuille de brick
  • Huile d’olive

Pour la raïta :

  • 1 concombre
  • 1 gousse d’ail
  • 1 yaourt
  • 1cm de gingembre frais
  • Menthe
  • Coriandre
  • Sel et poivre.

Préparer la raïta :

Eplucher le concombre et le découper en dés.

Eplucher et hacher l’ail et le gingembre. Laver et ciseler les herbes.

Mélanger le tout avec le yaourt et assaisonner.

Réserver au frais.

Préparer les croustillants :

Eplucher, laver l’oignon. Eplucher, dégermer l’ail. Ciseler l’oignon, hacher l’ail.

Laver, effeuiller, ciseler la coriandre.

Découper la poitrine en petits dés. Les faire sauter à feu vif dans l’huile. Assaisonner et dégraisser.

Ajouter 20g de beurre, l’oignon, l’ail et les épices. Cuire 5 minutes.

Ajouter la coriandre. Réserver.

Couper chaque feuille de brick en 2. Badigeonner de beurre fondu.

Garnir avec la préparation. Façonner en nems ou samoussas.

Cuire au four 5 minutes à 200° (préchauffer).

Notes de moi, par moi-même :

J’aime égoutter le yaourt pendant une petite heure avant de l’ajouter à la raïta (idem pour le tzatziki), c’est plus crémeux.

Je pense que l’ajout de beurre dans la viande et sur les feuilles de brick peut être évité.

Rendez-vous sur Hellocoton !
Lire la suite...