On continue l’exploration du livre d’Alice Hart.
Après j’arrête, je ne vais peut-être pas repomper tout le livre ici, elle ne serait pas contente Alice…

Il s’agit de blancs de poulets farcis avec un mélange de son d’avoine, ricotta, tomates séchées et basilic. Le tout enveloppé dans une tranche de jambon de pays. Simple, rapide, délicieux !

Dans la recette originale, Alice incise les blanc de poulet pour les farcir. Comme j’étais pressée, j’ai tout simplement déposé la viande sur le jambon, la farce sur la viande, roulé et fixé avec
une petit brochette japonaise, çà fonctionne bien même si c’est moins joli.

Blancs de poulet farcis au son d’avoine (ricotta, tomates séchées)

Poulet au son d'avoine

Pour 2 personnes

  • 2cs de ricotta
  • 1cs de son d’avoine
  • 4 tomates séchées
  • 1cs de basilic ciselé
  • Poivre
  • 2 blancs de poulet
  • 2 tranches de jambon de serrano

Préchauffer le four à 190°

Dans un bol, mélanger la ricotta, le son d’avoine, les tomates émincées, le basilic et le poivre.

Déposer un blanc de poulet sur une tranche de jambon, recouvrir de la moitié de la farce, roulé et fixer avec une brochette.

Recommencer pour l’autre blanc.

Enfourner pour 25 minutes.

Servir avec des légumes vapeur.

Rendez-vous sur Hellocoton !
Lire la suite...

Hello lecteur !

T’as vu, j’ai pris une petite semaine de vacances !

Mouais, de toute façon, je n’avais rien à bloguer… La dèche…

2 semaines que je me marmottifie ou baleine-à-bossifie : je roupille et ne cuisine que dalle à part des pancakes et la petite terrine qui va suivre…

Léguminargie gestationnelle, çà s’appelle, qu’on m’a dit…

Terrine de carottes aux tomates séchées (by Cléa)

Terrine de carottes et tomates séchées

  • 140g de pain rassis
  • 250ml de bouillon de légumes chaud
  • 250g de carottes râpées
  • 2 oeufs
  • 2cs de levure maltée
  • 2cc de moutarde
  • 1 pincée de paprika
  • 5 ou 6 tomates séchées marinées à l’huile d’olive

Émietter le pain dans une assiette creuse et verser le bouillon par dessus. Laisser imbiber.

Éplucher et râper les carottes.

Verser tous les ingrédients, sauf les tomates séchées, dans le bol d’un mixer.

Mixer pour obtenir une consistance homogène.

Saler.

Ajouter les tomates en petits morceaux.

Verser dans un moule un bocal à terrine et enfourner pour 45 minutes à 180°.

Déguster froid.

J’ai voulu faire exactement comme sur la photo du livre : cuire dans un bocal avec une tomate séchée entière sur le dessus… Mauvaise idée, la tomate a brûlé ! Il ne faut pas toujours croire ce qu’on voit sur les photos… (pas de soucis pour la cuisson en bocal, prévoir un bocal d’au moins un demi-litre)

Une autre terrine ? Celle de thon au tofu soyeux, of course !

Rendez-vous sur Hellocoton !
Lire la suite...

Voici venu le temps des déjeuners en plein air et des p’tit trucs à grignoter avec les doigts, au soleil, sur un carré de verdure… Haaaaa ! Tu t’y vois bien, hein, lecteur ! ;)

Je déclare donc officiellement ouverte la saison des wraps !

Si tu vis dans un grotte et que tu ignores ce qu’est un wrap, il s’agit tout simplement d’un sandwich dont la garniture est enroulée dans une galette de blé (ou de maïs, ou de ce que tu veux) , une tortilla.

Hyper fastoche à réaliser, tu mets ce qui te fais plaisir dedans, et, avec un peu de recherche, tu arrives même à en faire un case-croûte é-qui-li-bré !

Let’s go, wrappons tous en coeur !

wrap

Première étape, réaliser les tortillas.

Pour 8 tortillas

  • 250g de farine T80
  • 1 pincée de sel
  • 3cs d’huile d’olive
  • Environ 20cl d’eau

Mélanger la farine et le sel dans une jatte, ajouter l’huile.

Verser l’eau petit à petit en mélangeant bien à chaque fois de façon à obtenir une boule de pâte malléable mais non collante (il est probable que vous n’utiliserez pas toute l’eau, cela dépend du degré d’absorption de la farine).

Diviser la pâte en 8 boules.

Étaler chaque boule sur un plan fariné en fine galette.

Cuire chaque galette, sans matière grasse, dans une poêle, 1 à 2 minutes de chaque coté.

Réserver.

 

Seconde étape, garnir les tortillas.

Comme je l’ai déjà dit, on y met ce qui nous chante, mais, tant qu’à faire, autant essayer d’équilibrer la chose. Voici comment étaient garnies celles de la photo :

 

Tartinade de tomates séchées

(le tofu soyeux assure l’apport en protéines)

  • 200g de tofu soyeux
  • 100g de tomates séchées
  • Sel

Mixer le tout ensemble.

Réserver.

 

Prendre une tortilla et l’enduire de tartinade aux tomates séchées.

Recouvrir de feuilles de salade frisée et de lamelle d’avocat préalablement citronnées.

Replier le bas de la tortilla vers le haut, puis rabattre les bords droit et gauche sur la garniture.

Maintenir éventuellement avec un cure-dent.

 

Ne surtout pas oublier la petite serviette, manger avec les doigts peut révéler un caractère hautement risqué…

_

Rendez-vous sur Hellocoton !
Lire la suite...

Choze promise, choze due. Voici donc un petit aperçu de ce que vous pouvez faire avec les tomates séchées trop bonnes que je vous montrais hier.

Ce n’est pas vraiment léger-léger, mais tellement goûteux qu’on a même pas besoin d’en mettre beaucoup pour en prendre plein les papilles.Servi avec du bon pain au levain, c’est le p’tit jésus en culotte de velours (elle me fait triper cette expression) à l’apéro !

Revenons-y au BON pain au levain…

Nan, parce que j’en ai encore vu hier à un certain salon écolo-bobo où j’étais hier (je vous en reparle bientôt) et je peux vous dire que çà fait peur !

Sans vouloir me vanter, mon pain au levain à moi, il est beau, il est bon, il a une mie légère et alvéolée… Pas cet espèce d’étouffe crétin chrétien qu’on voit trop souvent.

« Pain d’autrefois » qu’il disait le gars ! En effet, on avait bien l’impression qu’il datait d’autrefois, genre dans la panière depuis des temps immémoriaux…

Comment voulez-vous qu’on arrive à faire croire qu’on mange bio et bon chez nous ? On est pas aidé…

Rendez-vous sur Hellocoton !
Lire la suite...
Subrepticement, je viens de retrouver un truc dont j’avais oublié de vous parler…
En septembre, Rue du commerce m’a proposé de choisir dans une liste de petit électroménager celui que je souhaiterais recevoir en cadeau, pour le tester.

La liste en question ne m’interpellait pas plus que çà, jusqu’à poser mes yeux sur le mot « déshydrateur« .

Là, je clique et découvre un déshydrateur Severin à une quarantaine d’euros… Tout le monde sait qu’un déshydrateur coûte un bras !

Alors, j’ai voulu savoir ce que ce déshydrateur si accessible avait dans le ventre et j’ai dit à M. Rue du Commerce de me l’envoyer.

deshydrateur_severin

Comme pour tout déshydrateur, il présente une soufflerie sur la quelle on superpose des plateaux. On lave et on tranche les fruits ou légumes que l’on souhaite faire sécher, on les répartit sur les plateaux, on pose le couvercle, puis on allume. Sur des déshydrateurs plus évolués, on peut choisir la température de déshydratation, ici une seule température est disponible.

Il vaut mieux trancher fin et éviter d’utiliser tous les plateaux si l’on ne veut pas faire tourner le déshydrateur pendant 2 jours. Les durées indiquées sur la notice, à mon sens, ne sont valables que si l’on utilise qu’un, voire deux plateaux.

Certains fruits m’ont totalement déçue. Le rendu avec les prunes, par exemple, n’est pas folichon.

En revanche, pour les tomates, c’est plutôt sympa. La notice dit qu’en 8 heures, on doit obtenir des tomates craquantes… Au bout de 8 heures, les miennes étaient sèches mais bien moelleuses.

Finalement, parfaites pour être conserver dans l’huile d’olive…

Rendez-vous sur Hellocoton !
Lire la suite...